Accueil Économie

2016, l’année du capital à risque wallon

En cinq ans, le capital récolté par les entreprises technologiques belges a été multiplié par dix. Cette année, la Wallonie montre enfin l’envergure de son potentiel technologique.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Dans l’univers « high tech », il n’y a pas 36 indicateurs pour mesurer l’activité d’un pays : le capital levé par les jeunes entreprises fait donc office d’étalon. Et la Belgique vient de loin à ce niveau : en 2011, nos start-up, ou « betechs » dans le jargon, récoltaient à peine 26 millions d’euros pour soutenir leur croissance. Cinq ans plus tard, le compteur a tourné. En cette fin d’année, il affiche déjà un beau 260 millions. « La culture technologique en Belgique a fait beaucoup de chemin en peu de temps », explique Omar Mohout de l’accompagnateur d’entreprises liégeois Sirris, qui collecte ce type de données. Incubateurs, conseillers spécialisés, fonds publics et privés dédiés à ce type d’investissement… sont à l’origine d’un écosystème « start-up » belge de plus en plus dynamique.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs