Pourquoi les armes sont légion au Texas

© Pablo Ximénez
© Pablo Ximénez -

L'histoire de l'origine du Texas n'a rien à voir avec la révolte du Boston Tea Party, le général Washington ou la Déclaration d'indépendance. Tout a commencé lorsqu'un gouvernement a tenté de priver les citoyens de leurs armes.

En octobre 1835, face au malaise grandissant des colons texans vis-à-vis du Mexique, le président Antonio López de Santa Ana s'est dit qu'il valait peut-être mieux que les pionniers texans ne soient pas armés.

© Pablo Ximénez
© Pablo Ximénez -

Plusieurs années auparavant, le gouvernement lui-même avait offert un canon à la ville de Gonzales, au centre du Texas, pour leur permettre de se défendre face aux Indiens. Le président Santa Ana a envoyé l'armée pour le récupérer. Lorsque les soldats sont arrivés, les habitants de Gonzales les ont reçus à coups de canon.

© Pablo Ximénez
© Pablo Ximénez -

Ils avaient créé un drapeau avec un chiffon sur lequel le canon était représenté, accompagné d'un slogan : «Come and take it.» Venez le chercher. Ce fut le premier drapeau du Texas. L'événement marqua le début de la révolution qui déboucha sur l'indépendance, moins d'un an plus tard.

À Gonzales, le drapeau est encore présent dans les maisons et les fermes. La phrase «Come and take it» est utilisée chaque fois qu'il y a lieu de faire campagne contre une décision impopulaire. Le canon en question, le vrai, soi-disant, est exposé dans un petit musée local. Un bar vient d'ouvrir, le Come and take it. Le propriétaire est Gasper Pashk Lekgega, un immigré albanais. Il votera pour Trump.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous