Accueil Opinions Éditos

Pensions: les dérives d’une réforme comptable

Les membres de la Commission de réforme des pensions dénoncent – unanimement – la « tournure dangereuse » que prend la réforme du système de pensions. Et ils ont raison.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

L’événement n’est pas banal. Les membres de la Commission de réforme des pensions dénoncent – unanimement – la « tournure dangereuse » que prend la réforme du système de pensions mise en œuvre par le gouvernement fédéral.

Les termes utilisés dans la Carte blanche adressée au Soir et que nous publions ce vendredi, sont forts – et sans ambiguïté : les signataires, pourtant d’obédiences différentes, accusent la suédoise d’encourager le détricotage du contrat social.

Les membres de la Commission de réforme des pensions – qui, à la demande du précédent gouvernement fédéral, avaient longuement planché sur la question – se plaignent que le message clef du rapport qu’ils ont rendu il y a deux ans n’a pas été entendu.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Lavenne Eric, mardi 8 novembre 2016, 8:43

    Et , c'est bien en le voyant de la sorte ; qu'un tel ratio majore encore le "fossé" de la bipolarisation de ou des sociétés "courantes" actuelles.

  • Posté par Lavenne Eric, mardi 8 novembre 2016, 8:22

    Ecrit autrement ; cela revient à dire: 80 % du coût de cette politique sociale .......sera consacrée à 99.95% des travailleurs salariés.... où 99.95 % peut devenir 0.9995. Ici aussi , nous obtenons un ratio , presque similaire en de nombreux domaines , à la limite c'est pire encore que de dire que 80 % des richesses d'une nation sont dans les mains de 20% de la population...

  • Posté par Lavenne Eric, lundi 7 novembre 2016, 23:01

    En outre, 20 % du coût de cette politique sociale( environ 170 millions d'€), sous forme de réductions de cotisations, sont consacrés exclusivement (??) à assurer , à une minorité de travailleurs (0,5 %) (???) un complément de pension élevé. Nb: 0.5% pouvant s'écrire 0.005---les (??) ne figurent pas dans le texte original.

  • Posté par Lavenne Eric, lundi 7 novembre 2016, 22:54

    n'atteint pas son objectif qui consiste à garantir des pensions d'un niveau suffisant à un maximum de travailleurs(salariés).Les réserves sont très inégalement réparties entre les travailleurs et seule une minorité des réserves acquises donnera lieu à un complément significatif à la pension légale.

  • Posté par Lavenne Eric, lundi 7 novembre 2016, 22:38

    On peut lire ceci....."......Pour s'assurer de la bonne perception de ces 2 cotisations (p.4/5), l'ONSS croise ses données avec celles de la banque relative aux pensions complémentaires. Or , cette banque n'est pas complète, notamment parce que la sanction fiscale rendant obligatoire la déclaration des engagements de pension n'est pas effective.Cette politique, qui représente un coût pour la sécurité sociale des travailleurs salariés de près de 900 millions d'€ par an,

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs