Accueil Culture

Russell Banks: «Le rêve américain a toujours été une illusion»

L’un des géants des lettres américaines décrit comment les Etats-Unis peuvent parfois sentir le roussi.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Temps de lecture: 7 min

Il représente incontestablement l’un des géants des lettres américaines. Rayonnant, ce bon vivant n’en demeure pas moins modeste, charmant et exigeant. Il vient pourtant d’un milieu à mille lieues des préoccupations intellectuelles. Son père, plombier, abandonne les siens quand Russell Banks devient ado. La crise familiale est accentuée par la pauvreté. Seuls les livres lui permettent d’échapper à cette réalité, qui explique son goût immodéré pour les personnages esseulés, marginaux et rejetés. Son cinquième roman, Continents à la dérive, en est une parfaite illustration. «  J’ai imaginé cette aventure il y a trente ans. Elle m’a ouvert la porte d’un monde que je continue d’explorer. 

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

«Nope»: film ovni et ambitieux

Très attendu, le troisième long-métrage de l’inventif Jordan Peele sort ce mercredi dans nos salles. Horreur, science-fiction, western et commentaire socio-politique au programme. Petit décryptage…

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs