Accueil

Capriccio David Marton, un metteur en scène à retenir!

Un condensé d’intelligence et d’émotion. Un accord parfait avec la musique. Une distribution haut de gamme.

Au Palais de l’Opéra (Tour & Taxis) les 5, 8, 10, 13 et 16 novembre.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

On ne l’avait plus vu à la Monnaie depuis la production de John Cox en 1983. Revoici Capriccio , un condensé formidable d’intelligence, d’émotion, une de ces mises en scène qui creusent les capillarités de l’œuvre sans en perdre sa substance et nous ouvrent de troublantes perspectives sur une partition que l’on croyait connaître. Ni actualisation abusive ou démonstrative, mais un accord parfait avec la musique et une distribution haut de gamme ! Une merveille ce Capriccio , dernier opéra de Richard Strauss, composé en pleine guerre, créé à Munich en 1942, mis en scène par le jeune David Marton et dirigé par Lothar Koenigs au Palais de l’Opéra (1)

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs