Accueil Monde

Des super mamies connectées à la rescousse d’Hillary Clinton

Dans la dernière ligne droite pour la campagne, la démocrate peut compter sur de nombreux bénévoles. Notre envoyé spécial à New York les a rencontrés.

- Temps de lecture: 3 min

« B onjour. Je suis une bénévole de Hillary Clinton. Oui. Oui ». Un énorme éclat de rire et la dame d’une soixantaine d’années raccroche. « Il vote déjà pour Hillary et m’a dit que même si Trump lui mettait un fusil sur la tempe, il ne voterait quand même pas républicain ». Fou rire général parmi la dizaine de personnes présentes dans cet appartement très élégant de Brooklyn avec une vue imprenable sur l’East River. Comme des milliers d’Américains, ces supporters de Hillary Clinton se regroupent pour passer des coups de téléphone afin de convaincre les gens d’aller voter mardi. Chaque jour, plusieurs événements de ce type sont organisés à New York.

« Rester le plus courtois possible »

Mais ce soir-là, le groupe était principalement composé de femmes d’un certain âge, ayant au moins dépassé la soixantaine d’années, tirées à quatre épingles. Smartphones et tablettes à la main, elles appliquaient à la lettre une procédure bien huilée. Floride, Ohio, Pennsylvanie, New Hampshire,… chaque bénévole appelait dans un des « swing states », ces Etats indécis où l’élection va se jouer. Pour trouver les numéros de téléphone, elles se rendent simplement sur le site de campagne de Hillary Clinton où elles doivent répondre à un questionnaire sur la manière dont les gens ont réagi à l’appel. Normalement la liste téléphonique est uniquement composée de démocrates, mais parfois il y a des surprises. « Certains raccrochent directement. J’ai aussi eu un supporter de Trump au bout du fil. Je me suis excusée et je lui ai souhaité une excellente soirée. On doit rester le plus courtois possible », nous explique une des bénévoles.

Les derniers sondages, de plus en plus favorables à Trump, poussent ces bénévoles à encore en faire davantage. « Quand je vois les derniers chiffres, ça me fait mal au cœur. En faisant ça, je me sens au moins un peu pro-active », détaille Helen qui est avocate dans la vie de tous les jours. Une autre ajoute : « Nous sommes des gens ordinaires. On vit en démocratie et on veut que ça continue ». La plupart se définissent comme de simples citoyennes, pas spécialement politisées. « Moi, je suis une supportrice d’Hillary Clinton. Il est vraiment important de faire tout ce qu’on peut pour qu’elle soit élue », raconte Bobbie, l’hôte du soir qui a invité toutes ses amies et des connaissances de celles-ci dans son appartement.

Juste besoin d’un iPhone

Pourtant, ce soir-là, la pêche n’a pas été spécialement bonne. Durant près de deux heures, chaque bénévole a passé une trentaine de coups de fil. Sans jamais beaucoup de résultats, au mieux trois ou quatre réponses par personne. « Ce n’est peut-être pas la bonne heure, les gens sont en train de manger. Ou alors ils ne répondent pas et attendent de voir sur leur répondeur qui a appelé », analyse une bénévole.

Quoi qu’il en soit, Bobbie, elle, veut y croire. « Penses-plutôt à tous les messages que tu as laissés. Et ce que tu as fait ce soir avec nous, tu peux le faire tous les jours toute seule. Tu as juste besoin de ton iPhone et maintenant tu sais comment ça marche… ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une