Paul Magnette, le président du PS, l’a annoncé samedi à Fleurus: «Cette réunion est une étape, le début d’un processus en interne.»
Emmanuel Macron a entamé un «tour de France» au «contact» des citoyens au moment même où ses candidats font laborieusement campagne.
Emmanuel Macron en visite de terrain, le 8 juin dernier, à Valence, dans la Drôme.
Annalena Baerbock a été largement investie par son parti ce week-end, mais ses nombreuses «erreurs» la fragilisent dans la course à la succession d’Angela Merkel.
Sammy Mahdi a présenté ce vendredi une première note devant servir de base de discussion à la mise en œuvre d’une politique d’expulsions plus efficace.
Jean-Marc Nollet estime que «les esprits sont mûrs» pour lancer un grand débat, au fédéral, sur la neutralité de l’Etat.
Tous les regards tournés vers Défi
Le secrétaire d’État Sammy Mahdi (CD&V).
Pour Caroline Saal, chef de file écologiste dans la Cité ardente, «ce n’est pas notre commune qui va régler le problème mais c’est important d’envoyer un message. Et dire que cela n’a aucun impact, ce n’est pas vrai».
Les terrasses se remplissent gentiment, mais tous les bourgmestres  de Belgique savent que, dès vendredi, les soirées seront animées.
La gifle? «Un acte isolé». Emmanuel Macron a poursuivi les déplacements (ici à Valence, dans la Drôme).
Cristiana Chamorro, dont la mère avait battu Ortega en 1990: une figure inspirante capable de rassembler sur son nom de nombreux opposants.
Dès son élection à la présidence du CDH en janvier 2019, Maxime Prévot a eu l’ambition de refonder le parti. Objectif: «Un grand mouvement centriste populaire».
Pour les élections de 2024, Robert Verteneuil inscrirait bien son nom sur une des listes du PS.
La Vivaldi s’est offert une paix sociale
Paul Magnette sort du bois et veut clarifier la position du PS.
Paul Magnette plaide pour un débat dans tous les parlements.
C’est une victoire personnelle du ministre-président sortant, Reiner Hasselof (à g.), qui a construit sa campagne dans le rejet de l’AfD et de son chef de ligne Oliver Kirchner.
L’annonce, par le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, d’une future grâce pour les neuf leaders catalans emprisonnés depuis trois ans et demi est loin de faire l’unanimité en Espagne.
10928098-017