Accueil Société

Kazakhgate: pourquoi Armand De Decker ment

Le dossier d’enquête du Kazakhgate contredit la thèse d’une visite « de pure information » de l’avocat De Decker au ministre De Clerck.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

En réponse à nos articles de samedi concernant sa tentative d’influer sur le pouvoir exécutif au bénéfice de son client Patokh Chodiev (« Kazakhgate : oui, De Decker était le sous-marin de l’Élysée »), M. Armand De Decker a émis un communiqué dans lequel il évoque une « multitude d’éléments inexacts ou imaginaires », des « amalgames », un « manque de nuance avéré », des « conclusions erronées ». Dont acte.

Détail piquant, l’homme qui a glissé un pied dans les trois pouvoirs exécutif, judiciaire et législatif pour aider son client, accuse le journal de « dérive visant à interférer tant sur le pouvoir judiciaire que sur le pouvoir politique, mettant ainsi à mal la démocratie et l’État de droit » – ce qui est précisément la dérive attribuée à M. De Decker par l’enquête belge en cours.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Petitjean Charles, lundi 7 novembre 2016, 17:56

    A Christine Drapier. Il y a plus d'un âne qui s'appelle Martin ... ou Petitjean ! Evitez de sauter sur la mouche comme une truite ... saute sur la mouche.

  • Posté par Monsieur Alain, lundi 7 novembre 2016, 16:41

    En Turquie, Mr Erdogan a beaucoup moins de problèmes : il a supprimé toute presse d'investigation! Si Mr De Decker est tellement sûr de lui, qu'il intente un procès au journal......... Pourtant on doit à la vérité d'écrire que ce qui nous est communiqué n'est qu'une infime partie d'un dossier éminemment + complexe. Le seul espoir qu'on peut formuler est qu'il aboutisse un jour devant les tribunaux pour un débat public.

  • Posté par Petitjean Charles, lundi 7 novembre 2016, 14:25

    Quand j'assiste à une telle collusion entre le pouvoir élyséen et certains politiques belges, je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi Sarkozy a remis la légion d'honneur à Reynders en mars 2013. A Merckx, ok ! Mais à Reynders ? "Les copains d'abord", comme chantait Georges Brassens, simplement ? Ma question, sans amalgame, est légitime.

  • Posté par Drapier Christine, lundi 7 novembre 2016, 16:30

    Merckx organise le Tour du Qatar dont les émirs financent le terrorisme international et les plus grands clubs de foot européens Alors il faut bien que la légion d'honneur serve à quelque chose Quant à Ch Petitjean ancien sénateur Bourgmestre MR de Pont à Celles recyclé au FN.... Il connaît la valeur du Pouvoir et de l'argent. Il veut en plus une médaille...

  • Posté par Vigneron Gérard, lundi 7 novembre 2016, 13:53

    Et encore merci au journaliste du SOIR pour le magnifique travail d' investigation qui sert la démocratie.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs