Accueil Monde

Daniel Ortega, un président sans opposition au Nicaragua

Le scrutin était entaché de polémique, en l’absence d’observateurs internationaux et d’opposition réelle au chef de l’Etat sortant, Daniel Ortega.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

La victoire de Daniel Ortega à l’élection présidentielle de ce dimanche était assurée : une absence de suspense, c’est toujours mauvais signe dans un pays qui prétend être une démocratie. Président légitimement élu une première fois à la grande époque de la révolution sandiniste, entre 1985 et 1990, quand il était porteur des espoirs progressistes de toute une génération, Daniel Ortega avait ensuite enchaîné les défaites électorales. Mais il avait finalement été réélu en 2006, puis en 2011.

En 2014, Ortega, au pouvoir, avait fait modifier la Constitution qui, depuis 1995, n’autorisait que deux mandats présidentiels : la réélection indéfinie du président est désormais possible. Et le seuil de 35 % des voix à atteindre pour être élu président (ce qui n’était déjà pas beaucoup) avait également été supprimé. Une majorité relative suffit désormais, et le deuxième tour a purement et simplement été supprimé.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Salman Rushdie: un symbole poignardé

Le célèbre écrivain d’origine indienne a subi une agression au couteau à New York. Depuis 33 ans, sa dimension littéraire a été occultée par une vision réductrice d’une œuvre ample et généreuse.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs