Accueil Culture Livres

Pascal Quignard aux sources de la langue française

« Les larmes » : classicisme ou transgression ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Pascal Quignard est-il un des écrivains français les plus classiques ou, au contraire, un des plus modernes ? A dire vrai, la lecture de son nouveau roman, Les larmes, nous aide moins à trouver une réponse qu’à renforcer notre perplexité. Sa langue est à la fois d’un classicisme rigoureux et d’une totale transgression, le récit est éclaté en fragments qui peinent à fournir une vue d’ensemble mais dont chaque éclat brille avec ardeur, et le sujet… ah ! le sujet ! on le trouve dans l’épopée des hommes et des femmes, de l’écriture, de la pensée, du désir, aux origines de la langue française. C’est-à-dire du côté de 842, quand Charles le Chauve avec Louis le Germanique, et Lothaire contre eux, se partagent l’empire de Louis le Pieux. Le 14 février, «  à la fin de la matinée, dans le froid, une étrange brume se lève sur leurs lèvres. On appelle cela le français.  »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs