«
Nous ne savons pas, en toute honnêteté, combien de personnes quitteront la banque dans les cinq ans.
» © Bruno Dalimonte
Chez ING, 796 travailleurs âgés de 55 ans et plus ont déjà signé pour un plan de départ anticipé. La mesure ne sera pas appliquée chez ING. ©PhotoNews
© Reuters
Les employés d’ING qui ne sont pas «
redéployés
» atterriront dès le 2 octobre dans le «
job accelerator
» pour un délai de trois mois. La cellule de la dernière chance avant le licenciement. ©PhotoNews
©PhotoNews
En mars dernier, alors que le groupe a annoncé vouloir faire passer 3.000 jobs à la trappe, Rik Vandenberghe, CEO d’ING Belgique annonce son départ. Eric Van Den Eynde, 49 ans et 27 après avoir rejoint la BBL, le remplace quelques jours plus tard.
La digitalisation du secteur tertiaire a incité ING à se priver de l’expérience de ses travailleurs âgés, plutôt que de les former.
© D.R.
Pour les agences Record Bank, l’absence de réponse de la part de leur « employeur », ING Belgique,  est devenue « inacceptable et insoutenable ».
Le sort des travailleurs internes et externes de Record Bank, filiale à 100
% d’ING vouée à disparaître, n’est pas encore fixé. Mais les circonstances n’augurent rien de bon. © Belga.

Invalid Scald ID.

Invalid Scald ID.

Erik Van Den Eynden, le nouveau CEO d’ING Belgique.
Le front commun syndical réuni mercredi dans le lobby du bâtiment ING à Marnix. © Belga
Les représentants du personnel ne cautionneront pas les 1.700 licenciements secs avancés par la direction chez ING 
: «
Rien ne justifie un tel massacre social
».
d-20170104-GD3L1G 2017-01-04 10:45:31
© Belga
© Rene Breny - Le Soir
d-20161014-GAKZZT 2016-10-14 21:28:28

Invalid Scald ID.