Chronique - La politique française est formidable

Passage de témoin entre Edouard Philippe et son successeur, le nouveau Premier ministre Jean Castex.
Chroniques
Chronique
d-20170424-3EAHKJ 2019-11-03 12:45:57
PHOTONEWS_10849598-040
GagnantsPerdants200720
PHOTONEWS_10867923-060
Le Rassemblement national de Marine Le Pen avait contracté un prêt de 9 millions d’euros en Russie en 2014. Il devra le rembourser jusqu’en 2028.
La manifestation de soutien à Adama Traoré devant le tribunal de Paris le 2 juin 2020.
De gauche et en même temps de droite, revendiquait Emmanuel Macron à l’époque de sa conquête présidentielle, en 2017. Trois ans plus tard, les choses ont quelque peu changé...
BelgaImage
En décembre dernier, le groupe Identité et démocratie réunissait le gratin de l’extrême droite européenne à Anvers. Des militants antifascistes avaient protesté en parallèle contre la venue de Matteo Salvini. Sur la photo, de gauche à droite et de haut en bas 
: l’Autrichien Harald Vilimsky (FPÖ), l’eurodéputé belge Vlaams Belang Philip Claeys, le Français Jordan Bardella (RN), Matteo Salvini (Ligue) et Gerolf Annemans (VB)
Le président français Emmanuel Macron est confronté à une menace de dissidence née dans ses propres rangs.
Edouard Philippe a défendu le plan du gouvernement, mercredi à l’Assemblée nationale.
Des centaines de gilets jaunes manifestaient encore à Lille le 22 février dernier
: après la crise sanitaire, la France va-t-elle connaître un nouveau tsunami, social celui-là
?
Le modèle allemand est pris en exemple pour l’efficacité de sa lutte contre le coronavirus. Mais ce succès est-il vraiment dû à la décentralisation
?
Les présidents de cinq partis francophones
: de gauche à droite, Maxime Prévot (CDH), Rajae Maouane (Ecolo), Georges-Louis Bouchez (MR), François De Smet (Défi) et Paul Magnette (PS).
Participation à un meeting de la Ligue, en mai dernier à Milan
: le Néerlandais Geert Wilders (à g.) et Marine Le Pen ont rejoint Matteo Salvini.
La communication longtemps contradictoire du gouvernement a pu renforcer la défiance à son égard.
Agnès Buzyn, au soir du premier tour des élections municipales à Paris
: une dernière semaine de campagne vécue comme un «
cauchemar
».
La maire socialiste sortante Anne Hidalgo a créé la surprise en arrivant largement en tête du premier tour.
Masques et gants de protection restaient bien présents au moment du dépouillement et du comptage des bulletins dans les bureaux de vote, au soir du premier tour des élections municipales.
Le président du parti EELV, Yannick Jadot