France: à gauche, un (tout) petit rapprochement

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, et l’eurodéputé écologiste, Yannick Jadot, figuraient parmi les nombreux participants à la réunion des dirigeants de gauche, ce samedi à Paris.
Le vote des 18-34 ans file chez les verts, à hauteur de 24,8% des intentions de vote en Wallonie mais l’analyse d’Ipsos ne rend pas compte de la proportion des jeunes interviewés refusant de choisir ou disant ne pas vouloir se rendre aux urnes… © Pierre-Yves Thienpont.
Edouard Philippe, en embuscade derrière Macron pour 2022?
Viktor Orban recevait jeudi son homologue polonais Mateusz Morawiecki et l’Italien Matteo Salvini (à dr.) afin de jeter les bases d’une recomposition politique à la droite de la droite.
d-20210322-GLV3HK 2021-03-22 09_31_56
«Je suis un politique «pur jus», un animal politique depuis mes dix-huit ans. Je veux peser dans le débat.»
Les chiffres sont là: lors des prochaines élections présidentielles françaises, Marine Le Pen l’emporterait face à n’importe quel candidat marqué à gauche. Comment en est-on arrivé là?
Le mouvement d’extrême droite, avec en tête de liste Jordan Bardella, totalisait quelque 24% des suffrages aux elections européennes.
Emmanuel Macron - ici, lors de l’hommage aux victimes du terrorisme, ce jeudi aux Invalides - entend montrer sa fermeté face à la «guerre des bandes».
Eric Zemmour, ici en octobre dernier, consulte et teste l’hypothèse de sa mise sur orbite présidentielle dans les milieux d’extrême droite.
Dries Van Langenhove (deuxième en partant de la droite tenant la banderole), est apparu non masqué à certains moments de la manifestation.
Le président Macron est convaincu que c’est face à Marine Le Pen qu’il se retrouvera en 2022 comme en 2017, au second tour de la présidentielle.
Marine Le Pen et Matteo Salvini, ici avant que la pandémie se déclenche en Europe.
Presque entièrement absorbé par la crise sanitaire, Emmanuel Macron joue gros dans sa gestion de l’épidémie et de la campagne vaccinale.
FILES-FRANCE-POLITICS-EDUCATION-ATTACK
L’instigateur de «l’initiative pour la désobéissance civile», cerné par les pandores ce lundi dans son restaurant. © afp.
Charline Vanhoenacker
Emmanuel Macron, solennel, est intervenu depuis l’Elysée, dans la nuit de mercredi à jeudi. Derrière lui, la bannière étoilée avait été ajoutée aux drapeaux français et européen.
Mauricette, l’heureuse élue.
Au total, ils étaient 133.000 selon le ministère de l’Intérieur, 500.000 selon les organisateurs.
Après les images de lundi soir, c’est l’indignation. Le malaise est palpable jusqu’au sein de la majorité du président Macron.