Accueil Monde

Deux Amériques qui ne se parlent plus

Alors qu’à New York la présidentielle ne semble pas faire vibrer la ville, la réalité est tout autre à une heure et demie de train.

Article réservé aux abonnés
Journaliste assistant à la rédaction en chef Temps de lecture: 6 min

La ville qui ne s’arrête jamais. Et qui ne prend même pas le temps de savourer l’élection présidentielle, serait-on tenté d’ajouter. Après avoir passé plus d’une semaine à New York, et avoir arpenté tous les quartiers, on est frappé par le manque d’intérêt apparent pour le scrutin parmi la population. Ces derniers jours, on a plus senti la ville vibrer pour Halloween et le marathon annuel que pour cette élection que le monde entier regarde avec grande attention. Abstraction faite des médias et des réseaux sociaux, difficile d’imaginer qu’un des scrutins les plus importants de l’histoire du pays va se jouer. Dans le métro ou au restaurant, presqu’aucune conversation ne tourne autour de Trump ou de Clinton. Dans les rues, quasiment pas de trace des candidats.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Salman Rushdie: un symbole poignardé

Le célèbre écrivain d’origine indienne a subi une agression au couteau à New York. Depuis 33 ans, sa dimension littéraire a été occultée par une vision réductrice d’une œuvre ample et généreuse.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs