Accueil

Deux pays, mais une seule marine militaire

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Belgique et Pays-Bas partagent une même stratégie de défense, des frégates et chasseurs de mines identiques, une même responsabilité face à la mer du Nord et, depuis 1965 déjà, une école commune de guerre navale. Depuis 1996, il n’y a d’ailleurs plus qu’un seul quartier-général opérationnel (à Den Helder), et les deux marines, si elles conservent la possibilité de décider de déploiements nationaux distincts, sont placées sous le commandement opérationnel du commandant de la Marine royale néerlandaise, son adjoint étant le commandant de la Composante marine belge. Cette réalisation a été concrétisée par un ministre socialiste (André Flahaut) et acclamée dans toute l’Europe car elle préfigure l’idée d’une armée européenne et induit une économie d’échelle substantielle. La N-VA y tient pour une toute autre raison : elle y voit l’ébauche d’une armée orangiste reconstituée, et serait sans doute consternée que ce soit un de ses ministres qui signe son arrêt de mort.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs