Accueil Monde France

Jules Frutos, un an après les attentats de Paris: «Il fallait que le Bataclan revive par la musique»

Le gérant de la salle refuse d’en faire un mausolée. Avant le 13 novembre, il voulait que de la musique retentisse à nouveau. Trop peu d’artistes français ont répondu à l’appel, regrette-t-il.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 10 min

Jules Frutos est le co-gérant du Bataclan. Le soir du 13 novembre, il n’était pas dans la salle. Mais son équipe a été enduillée. Depuis un an, il ne rêve plus, dit-il. Accroché à l’idée de réouvrir le Bataclan et de le faire revivre par la musique, le chantier a été pour lui une thérapie. A quelques jours du concert de Sting, qui ouvrira samedi une nouvelle page, il a reçu les correspondants des journaux de Lena, dont Le Soir.

Le Bataclan rouvre ses portes ce samedi. La pression est énorme ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs