Accueil Monde

Le Wyoming a voté Trump (mais a surtout voté pour sauver l’industrie du charbon)

Le nouveau président des États-Unis d’Amérique est salué dans le Wyoming. Cependant, tout le monde n’est pas vraiment heureux de cette issue.

Temps de lecture: 3 min

Ceux et celles qui ont déjà roulé à travers le Wyoming connaissent ce sentiment : derrière chaque colline revient la même image faite de steppes, de clôtures et de nouvelles collines. Cela dure des heures. Le Wyoming est l’État le moins peuplé des États-Unis. La région est connue pour la réserve naturelle de Yellowstone, mais la majeure partie de la population vit du charbon, du pétrole et du gaz naturel.

Un secteur qui aurait fortement souffert depuis que Barack Obama est président. « Au cours de sa présidence, les revenus du charbon ont décliné de plus de 50 % », explique John Bernhisel, enseignant et bibliothécaire à la Rock Mountain High School de Cowley.

Le démocrate a introduit plus de réglementations types contre la pollution, en raison desquelles un grand nombre des anciennes raffineries ont dû fermer. « Beaucoup de gens ici ont donc perdu leur emploi et ne souhaitaient en aucun cas une nouvelle période de présidence démocrate. »

Cowley © Linda von Burg
Cowley © Linda von Burg

Hillary Clinton derrière les tiers partis

Cette colère des habitants du Wyoming s’est reflétée dans les urnes. Dans la nuit de mardi à mercredi, Donald Trump a été élu avec près de 60 % des suffrages. Hillary Clinton a récolté un peu plus de 20 % des voix, ce qui l’a donc placée derrière les tiers partis. L’État, qui compte 3 grands électeurs, est ainsi le plus surreprésenté au niveau national. C’est aussi un État profondément républicain, qui a élu un seul président démocrate depuis 1952.

Bernhisel, l’enseignant, se décrit comme un libéral. « Je ne pouvais voter pour aucun des deux, car ils ne correspondaient pas à mes mœurs. » Il a accordé sa voix au candidat indépendant Evan McMullin. Il explique avoir grandi en Californie et se dit donc proche de la nature. Il souhaite une chose : que le Wyoming se détache du charbon. « J’aimerais que l’État puisse résoudre cette dépendance et trouve d’autres sources de revenus. » Toutefois, il accepte la décision des Américains et pense que ce choix peut être bénéfique pour l’économie du Wyoming.

Lovell © Linda von Burg
Lovell © Linda von Burg

Encore en état de choc

Le journaliste David Peck est encore en état de choc. Il écrit pour le Lovell Chronicle, un journal hebdomadaire. Il n’arrive pas à croire que Donald Trump pouvait réellement gagner. « À 18 heures encore, nous pensions tous qu’Hillary Clinton allait gagner. » Lovell est un village du Wyoming qui suit Cowley ; les deux villages appartiennent au même comté. À eux deux, ils comptent un peu plus de 3 000 habitants.

Même si les chiffres exacts ne sont pas encore publiés, il estime que Trump s’est adjugé en particulier beaucoup de nouveaux électeurs et d’électeurs qui avaient délaissé les urnes depuis longtemps. Il espère surtout que les choses resteront calmes. « Je dois l’accepter en tant que président, mais je n’en suis pas heureux. »

David Peck, éditeur au Lovell Chronicle © Linda von Burg
David Peck, éditeur au Lovell Chronicle © Linda von Burg

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Trump: le jour d'après

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs