David Murgia.
Caravelle3
Jan Hammenecker et Geneviève Damas portent ce spectacle millefeuille où s’entremêlent différentes variations du couple.
Dans ces Forêts paisibles  poussent le grotesque comme la poésie dans un délire foutraque où Feydeau côtoie Aristophane
Pendant un peu moins d’une heure, Déborah Rouach, seule sur scène, glisse d’un fantôme à l’autre.
8-Dress-Code-©-Leslie-Artamonow
Les Arrière-Mondes9012©JulienLambert
d-20191021-3WTCK6_high
A la manière d’un docteur Frankenstein, les personnages de «Rigor Mortis» tentent de conjurer la mort.
Une fable cruelle où la bestialité des hommes n’a rien à envier à celle des ours ou des hyènes.
Méduse, l’histoire d’une femme punie parce qu’elle a été violée.
Sur scène, Vincent Marganne et Edson Anibal questionnent notamment les ressorts de la mémoire.
Dans « The Quest »,  Cédric Eeckhout reconstruit son histoire familiale et amoureuse en écho aux multiples fractures qui ont marqué l’Europe.
Dans ce spectacle où la rue est la scène, le spectateur choisit son point de vue au gré des déambulations.
d-20190820-3VMLN2_high
372020 Une Ceremonie Raoul Collectif 2(c) Celine Chariot copie (2)
Le choix de la rédaction
  1. Les trois têtes de liste ont été choisies à contrecœur, par défaut ou pour des questions d’ambition personnelle.

    Elections allemandes: pourquoi Merkel pourrait rester chancelière jusqu’à Noël

  2. Captures d’écran des chaînes Telegram de propagande. «Le Soir» a volontairement effacé les noms de chaîne et hashtags présents sur ces images.

    Sur les chaînes Telegram de Daesh, les appels répétés à «libérer les sœurs»

  3. Alexandria Ocasio-Cortez a dû avaler des couleuvres pour ne pas torpiller son avenir politique.

    Les Démocrates américains se déchirent autour d’Israël

La chronique
  • «La casa de Babel», la chronique européenne du «Soir»: une certaine conception de la communication non violente

    C’est le moment de l’année où le discours européen, généralement austère et technique, est le plus lisible : le discours sur l’état de l’Union. Il y a quelques jours, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, y a fixé les orientations politiques de l’année à venir. On ne parle pas encore d’une rediffusion sur écrans géants dans tous les cafés du continent, mais c’est une allocution plutôt suivie au niveau national. Et pourtant, quand on regarde comment ses mots ont été interprétés dans chaque pays, il saute aux yeux que les Européens n’étaient pas tous dans la même pièce pour l’écouter.

    Une couverture médiatique, une ambiance

    La Commission scrute avec attention ce qui se dit dans la presse des 27 via une revue de presse très exhaustive. On y constate que quand la présidente exprime de l’inquiétude pour une possible « pandémie des non-vaccinés », les Bulgares se sentent personnellement visés...

    Lire la suite

  • Allemagne: tout change pour que rien ne change?

    Une chancelière toute-puissante qui tire sa révérence après 16 ans d’une popularité unique, la dirigeante d’une des économies les plus fortes du monde et de la première puissance d’Europe qui quitte la scène : ce devrait être un coup de tonnerre et, au minimum, un énorme « stress test » dans le ciel allemand et donc européen.

    Et pourtant il y a une forte probabilité que rien ne change radicalement...

    Lire la suite