Accueil Monde

Avec les mamans: «Ce qui nous manque, c’est un peu d’espoir dans l’avenir»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au pôle Multimédias Temps de lecture: 4 min

La plupart vivent depuis toujours à Molenbeek. Aujourd’hui, ces mamans, qui se retrouvent régulièrement dans des ateliers axés sur l’émancipation, veulent renvoyer une autre image de la commune. En filigrane de la discussion qui s’ouvre devant nous, ce constat : depuis un an, elles ont mal à leur commune : « Molenbeek, ce n’est pas une banlieue comme on le dit en France, remarque d’emblée Yacine, mais le phénomène est le même. Il y a un énorme déficit d’image. On a l’impression que le message depuis les attentats est : “Vous voyez, il s’y passe des choses, c’est plein d’étrangers.”  »

« Ça, c’est sûr, rebondit Zakia. Il n’y a jamais personne pour dire que Molenbeek est une commune dans laquelle une centaine de nationalités se côtoient en toute quiétude. En tout cas, il n’y a jamais personne pour l’entendre. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Salman Rushdie: un symbole poignardé

Le célèbre écrivain d’origine indienne a subi une agression au couteau à New York. Depuis 33 ans, sa dimension littéraire a été occultée par une vision réductrice d’une œuvre ample et généreuse.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs