Accueil Culture Livres

Katell Quillévéré, jeune réalisatrice: «Pour réussir une adaptation, il faut trahir»

Katell Quillévéré se distingue avec « Réparer les vivants », adaptation du best-seller éponyme de Maylis de Kerangal. Une jeune réalisatrice prometteuse qui souffle un vent frais sur le cinéma français.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

À 36 ans, Katell Quillévéré fait partie de la jeune génération de réalisatrices qui bouscule le cinéma français. Après les remarqués Un poison violent et Suzanne, elle signe une brillante et lumineuse adaptation de Réparer les vivants, best-seller de Maylis de Kerangal. Un film que la réalisatrice voit comme « une expérience de soi ». « J’espère que les spectateurs pourront regarder et écouter leur cœur de manière différente. Le pari du film était de l’explorer sous toutes ses dimensions. C’est un film sur le don de soi plus que sur le don d’organe. Qui pense aux liens entre les êtres. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs