Accueil Belgique Politique

Kazakhgate: le Parquet général sur la sellette

La transaction pénale Chodiev a été approuvée par le pouvoir judiciaire en dépit de l’opposition du Parlement et du gouvernement. Pire : la transaction et le réquisitoire de l’avocat général auraient été élaborés par les avocats de Chodiev.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Temps de lecture: 11 min

L’enquête franco-belge sur le Kazakghate (l’intervention présumée de l’Élysée, en 2010 et 2011, dans le dossier judiciaire belge du milliardaire Patokh Chodiev) a pris dès le printemps dernier un tour inattendu : après avoir épluché le parcours législatif du texte qui a permis à Chodiev d’échapper aux tribunaux puis enquêté sur un éventuel trafic d’influence au sein du gouvernement, les enquêteurs de l’Office Central pour la Répression de la Corruption se sont intéressés au traitement judiciaire de la transaction Chodiev, pour tenter de comprendre comment un texte de loi qui ne devait pas être appliqué par les magistrats a malgré tout été utilisé par le Parquet général de Bruxelles, a priori contre l’avis des deux autres pouvoirs.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs