Accueil Médias

Après Trump, le débat sur le cordon sanitaire médiatique relancé

Le directeur de l’information, Stéphane Rosenblatt, tire la sonnette d’alarme suite à l’élection de Donald Trump. « Les médias doivent s’interroger avant qu’il existe une réelle alternative populiste en Wallonie », explique-t-il. Ni la RTBF, ni le privé, ne remettent cependant en cause l’existence du cordon.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Agir, avant qu’il ne soit trop tard. C’est ce que souhaite Stéphane Rosenblatt, directeur de l’information et de la télévision chez RTL Belgium. Invité de « C’est pas tous les jours dimanche », à l’occasion d’un débat autour de l’élection de Donald Trump, il a jeté un pavé dans la mare, en demandant aux différents médias de se remettre en question. Certaines préoccupations et opinions d’une partie de la population ne seraient pas suffisamment relayées.

Les Belges francophones sont effectivement, en partie, épargnés par la parole populiste et d’extrême droite. Les chaînes du sud du pays respectent un « cordon sanitaire médiatique ». Il interdit aux médias de donner la parole en direct aux partis « liberticides ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Médias

La télévision en mode «retour vers le futur»

Après les retrouvailles de « Friends », HBO annonce les retrouvailles des héros de Harry Potter. Le passé refait de plus en plus surface en télévision. Le signe d’un besoin de réconfort, qui ne bride pourtant pas la capacité d’innover des chaînes.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs