Accueil Sciences et santé

La révolution des prématurés

Chaque année, 10.000 bébés naissent prématurément en Belgique. Aujourd’hui, il n’est plus question d’exclure les parents des soins intenses qui leur sont prodigués. C’est aujourd’hui la journée mondiale de la prématurité.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Alors qu’un timide soleil se couche dans la brume qui entoure ce mercredi soir l’hôpital universitaire de Tivoli, à La Louvière, le docteur Anneliese Dussart ne quitte pas son masque de protection. C’est qu’un des prématurés qui niche dans une des couveuses du service lui donne bien des soucis. Sur l’enfant se penchent aussi un des six médecins du service et une des infirmières spécialisées. En veste et crocs roses, elles ont suivi une formation spécialisée, le programme NIDCAP. Un ensemble de techniques qui font « parler » le nouveau-né, détectant douleur, inconfort ou d’autres détresses auxquelles il faut parer d’urgence. Mais aussi avec une présence importante des parents et surtout de la mère dans les soins. « L’idée est de délivrer des soins qui sont totalement individualisés. Certes, tous ces enfants sont nés trop tôt, mais aucun n’est semblable à un autre. Les besoins sont différents, la manière de les communiquer aussi. C’est une philosophie, qui laisse beaucoup de place aux parents ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs