Accueil Opinions Éditos

Une primaire de la droite, deux événements majeurs

Avec ce premier tour de la primaire à droite, François Fillon s’affirme comme candidat très sérieux et Sarkozy disparaît bel et bien du paysage politique hexagonal. Qui l’aurait cru, il y a un mois à peine ?

- Rédacteur en chef Temps de lecture: 3 min

Ce 20 novembre 2016 restera comme une date importante dans l’histoire récente de la politique française. Une date marquée par deux événements majeurs : d’une part, l’affirmation de François Fillon comme candidat très sérieux – n’osons pas écrire favori vu l’imprévisibilité des électeurs, de moins en moins présents là où on les attend – à la présidentielle d’avril et mai prochains et, d’autre part, la disparition, cette fois définitive, de Nicolas Sarkozy d’un paysage politique hexagonal qui tourne autour de lui depuis quasi quinze ans.

Personne n’imaginait un raz-de-marée

Qui l’aurait cru, il y a un mois à peine ? François Fillon était alors pointé à la quatrième place de la primaire dans les sondages, derrière Bruno Le Maire, avec 10 % à peine des intentions de vote. Pourtant, ce dimanche, l’ancien Premier ministre de Sarkozy, le «collaborateur» qu’on croyait grillé après la guerre fratricide avec Jean-François Copé en 2012 (il y a 5 ans jour pour jour), a réussi un exploit énorme, en dominant cette primaire de manière spectaculaire. Certes, les sondeurs avaient noté, ces derniers jours, la remontée de Fillon, mais personne n’imaginait un raz-de-marée avec plus de 40 % des voix.

On ne peut que se réjouir de constater que c’est la qualité de sa campagne, au terme de débats généralement de bonne tenue, qui a permis à Fillon de séduire les Français qui ont choisi de se déplacer ce dimanche. L’exercice démocratique est pour le moins rassurant.

Une fin de carrière brutale

Un exercice qui a montré à Nicolas Sarkozy que son retour en politique n’était qu’un leurre. L’ancien président, déjà battu par Hollande en 2012, est cette fois humilié par son ancien Premier ministre. Il a sans doute souffert à la fois de son côté clivant et de sa longévité dans le paysage politique français. C’est une page importante qui se tourne, cette fois sans retour possible. La carrière de Nicolas Sarkozy se termine brutalement par un dimanche de tempête. Un dimanche qui change le paradigme de la droite française.

Mais outre Sarkozy, on pointera encore deux battus à ce premier tour de la primaire de la droite et du centre.

D’abord, Alain Juppé, dans une stature présidentielle depuis six mois et dont on voit mal désormais comment il pourrait renverser la vapeur au deuxième tour, même s’il se voulait combatif hier soir. Le maire de Bordeaux a dirigé toute sa campagne pour se présenter comme l’anti-Sarkozy. Il n’a pas vu, pas plus que les sondeurs et la presse, le tsunami qui a porté Fillon.

Ensuite, François Hollande, qui se disait que s’il avait encore une chance infime, c’était de se présenter comme le rempart contre Sarkozy (et Le Pen). La droite républicaine s’est trouvé un leader ce dimanche. La gauche se réveille, ce lundi, plongée dans un abîme de perplexité.

Cet article vous est proposé gratuitement à la lecture sur Le Soir +

 

À lire aussi Analyse | Nicolas Sarkozy, humilié par son ancien «collaborateur», François Fillon

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par De Bilde Jacques, mardi 22 novembre 2016, 10:39

    Ce qui m'interpelle, c'est qu'à chaque fois que l'establishment politico-médiatique prévoit la victoire de tel ou tel, ou le soutient, il est battu à l'arrivée(Clinton aux Etats-Unis, Juppé en France). Mais à chaque fois aussi ce n'est pas un candidat modéré qui remporte l'adhésion des électeurs mais un représentant de la droite ultra libérale. Cela ne nous annonce pas des lendemains qui chantent...

  • Posté par Palate Marc, lundi 21 novembre 2016, 20:16

    Pq c'est seulement après qu'on se dit : Sarkozy président. ..faut pas déconner.

Primaire à droite Tous nos articles sur François Fillon

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une