Accueil Société

Marie-Martine Schyns: «Le Pacte d’excellence est en phase de décollage»

Ce n’est plus qu’une question de semaines : le texte final du « Pacte pour un enseignement d’excellence » est presque prêt. A l’heure de passer des intentions aux actes, la ministre Schyns liste, pour la première fois, ses priorités.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Chef du service Société Temps de lecture: 4 min

N e parlons pas d’atterrissage. C’est à un vrai décollage que nous allons bientôt assister ». Marie-Martine Schyns, ministre francophone de l’Éducation, a le sens de la formule quand il s’agit de « vendre » son Pacte pour un enseignement d’excellence. A l’heure du décollage donc, elle prend la pose pour baliser les attentes légitimes, encadrer les espoirs de changement et rendre publiques ses priorités.

Les moteurs chauffent depuis deux ans, c’est bientôt le big bang dans les écoles ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 22 novembre 2016, 20:23

    Enfin, une Ministre qui comprend l'importance des "savoirs" puisqu'elle en fait une de ses priorités . Il est incompréhensible qu'il ait fallu 20 ans pour en arriver là . Le professeur Marcel Crahay, qui avait été l'initiateur des compétences en FWB, en 1990, les avait déjà reniées en 1996.

  • Posté par Lefèvre Roger, mardi 22 novembre 2016, 16:48

    Lecture faite,et après réflexion, je ne peux donner un avis positif pour l'instant. je dois relire attentivement cette interview car certains points évoqués par la ministre, comme l'idée d'introduire une filière "qualifiant" (quel est le sens profond de ce terme) et rendre obligatoire l'école à partir de 3 ans (je crains que cette idée cache une volonté intrinsèque de "normalisation" des individus vers un certain mode de société qui n' est pas nécessairement acceptable).

  • Posté par De Cuyper Thierry, mardi 22 novembre 2016, 15:32

    "La priorité c’est de faire diminuer le redoublement, tout seul grâce à la remédiation". Aucune responsabilisation des enseignants face à leurs missions éducatives. Il n'y a aucune garantie que les enfants et les jeunes recevront à l'école tout le soutien et toute l'aide que leur développement et leurs particularité le requièrent. Ils devront accéder au "niveau" fixé par les enseignants. Encore de l'échec et du redoublement en perspective!!

  • Posté par Jaspers Marie, mercredi 23 novembre 2016, 1:10

    Les principaux responsables des échecs sont les élèves et non les profs qui doivent déployer une énergie considérable pour leur faire comprendre que l'être humain ne peut maîtriser aucune matière de base sans travail . Mais 70 % des 12-18 ans sont accros aux smartphones et y passent en moyenne 3h par jour .Alors comment pourraient-ils trouver le temps nécessaire pour leurs études?

  • Posté par Lespagnard Frans, mardi 22 novembre 2016, 6:54

    Depuis des années, on a détruit l'enseignement de transition. Qui nous garantit un meilleur sort pour les autres sections désormais unifiées ?

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs