Accueil Monde

Brexit: la Belgique, terre d’accueil hostile pour les Britanniques

Après le Brexit, diplomates et fonctionnaires britanniques restent coincés dans un no man’s land. Il est quasiment impossible pour un Britannique qui travaille dans les institutions européennes d’obtenir la nationalité belge. La Commission européenne interpelle la Belgique à ce sujet depuis 2014, sans succès.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Depuis que le Royaume-Uni a décidé de claquer la porte de l’Union européenne, en juin dernier, les Britanniques sont nombreux à se presser à celles des communes belges pour tenter d’obtenir la nationalité. Mais les eurocrates y sont quasi systématiquement refoulés.

A Ixelles, commune bruxelloise qui compte le plus de résidents britanniques, ils sont plus de 250 à avoir contacté l’administration. Vingt ont entamé les démarches, nous explique Delphine Bourgeois, échevine de l’Europe à Ixelles. Une centaine de Britanniques s’est également manifestée à Uccle, une autre à Etterbeek et une centaine de procédures a été lancée dans ces deux communes. On peut continuer : à Waterloo, 53 personnes se sont renseignées et 17 ont entamé les démarches. À Schaerbeek, 22 demandes ont été introduites. Pour le seul mois de juillet, A Woluwé-Saint Pierre, 9 Britanniques ont entamé les démarches sur les 44 qui se sont renseignés.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par De Berraly Anne , mercredi 23 novembre 2016, 9:22

    Pourrait on nous donner à lire cette directive européenne selon laquelle les citoyens de l'UE et leur famille ont le droit de séjourner librement sur le territoire des états membres? Cette directive stipule t elle aussi que des devoirs sont rattachés à ce droit? Et par qui a t elle été écrite, dans quel contexte? Voilà quelques questions que je me pose.

  • Posté par Monsieur Alain, mercredi 23 novembre 2016, 9:01

    Au nom de quel critère pourrait-on conserver au sein de l'administration européenne des ressortissants d'un pays qui n'en fait pas partie ? Pourquoi pas des suisses ou des turcs tant qu'on y est ?

  • Posté par Lambert Guy, mardi 22 novembre 2016, 19:28

    Concernant les fonctionnaires européens, il ne m'étonnerait pas qu'on leur trouve une solution même si je trouve cela inacceptable notamment par rapport aux "vrais" réfugiés "pauvres" et en danger à qui on rend la vie de plus en plus difficile concernant leur volonté de rester en Belgique.

Aussi en Monde

Analyse La migration revient hanter le «partenariat» entre l’Europe et l’Afrique

Europe et Afrique se mettent à table pour recalibrer leurs relations. Les Européens sont concurrencés par d’autres acteurs sur le continent africain. Lequel reste leur priorité. Avec le défi migratoire en tête des préoccupations. Mais aussi le covid, la sécurité, les enjeux socio-économiques. Agenda chargé pour la deuxième réunion ministérielle Union européenne – Union africaine, ce mardi à Kigali.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs