Accueil Société

Les cours d’histoire sont-ils vraiment trop «light» sur la colonisation?

La proposition de la députée Catherine Moureaux pour modifier les cours d’histoire a d’abord fait polémique La question de fond tourne en réalité autour de l’enseignement de la colonisation

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Quels souvenirs gardez-vous de vos cours d’histoire sur la colonisation – si vous en avez eu ? Vos enfants ont-ils reçu un enseignement sur le Congo ? Telles sont des questions qu’il serait judicieux de poser dans un sondage, tant il est difficile de savoir si oui ou non l’histoire de la colonisation belge est enseignée à nos enfants. Catherine Moureaux, présidente du groupe PS au parlement francophone bruxellois, et députée au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, juge pour sa part que ce n’est pas encore suffisamment le cas. Contrairement à ce qu’a titré La Capitale de ce mercredi, elle ne propose pas des cours d’histoire « à la carte » en fonction de l’origine des enfants. « Ce n’est pas du tout le sens de mon travail », a tenu à préciser la députée face à la polémique qui enflait.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs