Accueil Société

Les cours d’histoire sont-ils vraiment trop «light» sur la colonisation?

La proposition de la députée Catherine Moureaux pour modifier les cours d’histoire a d’abord fait polémique La question de fond tourne en réalité autour de l’enseignement de la colonisation

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Quels souvenirs gardez-vous de vos cours d’histoire sur la colonisation – si vous en avez eu ? Vos enfants ont-ils reçu un enseignement sur le Congo ? Telles sont des questions qu’il serait judicieux de poser dans un sondage, tant il est difficile de savoir si oui ou non l’histoire de la colonisation belge est enseignée à nos enfants. Catherine Moureaux, présidente du groupe PS au parlement francophone bruxellois, et députée au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, juge pour sa part que ce n’est pas encore suffisamment le cas. Contrairement à ce qu’a titré La Capitale de ce mercredi, elle ne propose pas des cours d’histoire « à la carte » en fonction de l’origine des enfants. « Ce n’est pas du tout le sens de mon travail », a tenu à préciser la députée face à la polémique qui enflait.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs