Accueil Culture Scènes

«Giovanni’s Club» au Varia avant le Théâtre de Liège

Claudio Bernardo part du mythe de Don Juan pour interroger l’image de la masculinité. Un spectacle qui invite à la réflexion à partir de la danse, du texte et de l’humour.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 2 min

Quand le rideau se lève sur la scène du théâtre Varia, on découvre un jeune homme nu jouant du piano dans une lumière douce. Bientôt, d’autres hommes apparaissent. Nus également, allant et venant derrière des rideaux de tulle tout en tapotant sur leurs téléphones portables. Etrange image d’un Eden parasité par la technologie.

Ainsi débute Giovanni’s Club, la nouvelle création de Claudio Bernardo. Après avoir consacré une trilogie, entre 1992 et 1997 à la figure féminine (inspirée par sainte Thérèse d’Avila, Frida Kahlo et le personnage anonyme de La voix humaine de Cocteau), le chorégraphe a voulu interroger la question de la masculinité dans une époque où la question du genre est au centre de bien des débats.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs