Accueil Monde

Décès de Fidel Castro: Trump doit se frotter à la diaspora

La posture martiale de Trump après le décès de Fidel Castro, père de la Révolution cubaine, laisse présager un retour en arrière pour les relations américano-cubaines.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 3 min

Un simple tweet, en guise d’éloge funèbre, et une pointe d’excitation si peu diplomatique : « Fidel Castro est mort ! » Donald Trump n’a pas failli à sa réputation, samedi, en fustigeant jusque dans sa tombe le défunt lider maximo, ce « dictateur brutal qui a opprimé son peuple pendant près de six décennies ». À des années-lumière du président en exercice, Barack Obama, qui a adressé un bref message de condoléances au clan Castro, le futur chef de l’État américain fait fi des convenances et martèle son hostilité envers le régime oppressif de La Havane.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs