Accueil Opinions Chroniques

Fidel Castro: l’avenir d’une désillusion

Le décès de Fidel Castro ne referme pas la page du castrisme.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

L’histoire du castrisme est celle d’un long effilochement d’une utopie révolutionnaire. Au moment de son entrée triomphale à La Havane en janvier 1959, le leader des barbudos avait joui d’une popularité exceptionnelle dans toute l’Amérique latine. Pour les petits paysans misérables exploités par les grands propriétaires, pour les intellectuels outrés par l’emprise des Etats-Unis, pour les démocrates lassés des régimes militaires mafieux et des oligarchies insolentes qui dominaient le continent, il incarnait le rêve donquichottesque de la liberté et de la justice.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: Romain Rolland était-il «poutiniste»?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : l’homme de lettres, musicologue et internationaliste s’est fermement opposé au boycott des œuvres et des artistes allemands durant la Première Guerre mondiale. Son héritage spirituel ferait bien d’inspirer ceux qui, aujourd’hui, déprogramment les artistes russes.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs