Accueil Économie

Publicités : comment contrer l’arrivée de TF1 sur le marché belge

L’arrivée prochaine de TF1 sur le marché publicitaire belge francophone inquiète. Le CSA appelle les politiques à modifier une directive européenne.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

L’arrivée prochaine de TF1 sur le petit marché publicitaire belge francophone inquiète. Le groupe français va venir ponctionner plusieurs millions d’euros, privant ainsi les acteurs locaux de moyens pour investir dans la production. Au final, on peut s’attendre à un appauvrissement du marché des médias et à moins de diversité. Rien ne dit que face aux pertes qu’il va subir, le groupe RTL – qui sera le plus touché – continuera à produire des émissions non rentables comme le JT, les débats politiques… Comment faire pour atténuer cet impact et forcer le groupe français à contribuer au financement de la production locale ? Le président du CSA, Dominique Vosters, l’a déjà dit dans nos colonnes : en l’état, la directive européenne SMA (qui réglemente les services médias audiovisuels), n’offre aucun espoir. Il y a pourtant une possibilité, souligne aujourd’hui le régulateur dans un document de synthèse. Modifier la directive !

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Van Steen Willy, samedi 3 décembre 2016, 20:55

    Qu'avons-nous besoin de TF1, chaîne entièrement axée sur l'audience et le profit, tout le contraire de nos valeurs!

Aussi en Économie

Peut-on prolonger (davantage) le nucléaire en Belgique? Notre grand fact-checking

Les réacteurs belges sont confrontés à divers pépins (défauts d’hydrogène, résistance insuffisante à un séisme ou un crash d’avion) qui rendent boiteuse l’hypothèse d’une prolongation générale. Techniquement, la seule option qui tient la route si l’on décide de garder le nucléaire plus longtemps, c’est de prolonger de 20 ans et non de 10, Doel 4 et Tihange 3.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs