Accueil La Une Belgique

Aïd: «Dans une génération, le sacrifice rituel aura disparu naturellement»

La chercheuse Corinne Torrekens, spécialiste de l’islam contemporain en Belgique et directrice de DiverCity (une spin-off académique de l’ULB) regrette que dans le débat sur l’Aïd, la polémique politique ait occulté le côté sociologique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Vous dites que le débat politique a occulté le débat sociologique. C’est-à-dire ?

L’édition 2015 de l’Aïd est surmédiatisée mais d’un point de vue politique, avec, d’une part, l’interdiction décrétée de l’abattage rituel dans les abattoirs temporaires et, d’autre part, la polémique sur le sacrifice en tant que tel, où l’on observe des positions très polarisées. On continue à réfléchir à l’abattage rituel en considérant que les musulmans de 2015 pratiquent encore ce rituel comme il y a 10 ans et qu’en 2022 ils le pratiqueront toujours de la même façon ! Or, une pratique, par nature, ça évolue. Et on ne s’est jamais posé la question de savoir où en était cette pratique.

Alors, où en est cette pratique ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Le meilleur de l’actu

Inscrivez-vous aux newsletters

Je m'inscris

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs