Accueil Belgique Politique

Faudrait pas pousser, hein, m’sieur Modrikamen…

Pas bien logiques avec eux-mêmes, les acharnés de l’ordre ont souvent le don de foutre le bordel

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Les Belges sont minuscules. Et, comme beaucoup de petits, nous sommes fascinés par les grands et nos scrutins nous passionnent moins que les combats électoraux en France ou aux États-Unis.

Mais si.

Allons.

Pas de mensonge entre nous.

Cette fascination touche aussi notre monde politique. Et là, à tous les coups, s’observe chez nous un phénomène touchant-comique d’envie-imitation. Oui : d’envie et d’imitation.

On l’a vu en 2007 quand Nicolas Sarkozy emporte la présidentielle au terme d’une campagne pète-le-feu. Le MR ne se tenait plus.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par didier grunspan, samedi 3 décembre 2016, 21:00

    Bravo, félicitations et out et tout à Pierre Bouillon pour cette analyse claire, intelligente et honnête. Pour des tas de raisons, je ne crois -je l'espère- que le sieur Modrikamen puisse dépassé son niveau actuel de petit trublion de province; mais restons prudents, on a vu d'autres énergumènes parvenir à leurs fins sans que les "honnêtes gens' ne s'en aperçoivent.

  • Posté par Lavenne Eric, samedi 3 décembre 2016, 17:44

    Imiter est une forme commune d'apprentissage ; ne pas le faire : également

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs