Accueil Monde Union européenne

Le cœur de Florence ne bat plus vraiment pour Matteo Renzi

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 7 min

Sur la piazza della Signoria, au cœur de Florence, le David de Michel-Ange semble détourner les yeux pour ne pas voir l’énorme podium avec écran géant en cours de montage à sa droite. Car ce vendredi soir, c’est là que Matteo Renzi doit venir en rock star clôturer sa campagne pour le oui au référendum. Les touristes japonais tout à leurs selfies n’ont pas l’air très perturbés. Francesca, par contre, élégante quinquagénaire qui tient une boutique de gants donnant sur la place, soupire : « Ne pourrait-on pas dépenser tout cet argent à des choses plus utiles ? Quand il était maire de Florence, Renzi a fait des choses positives pour la ville. Il a remodelé le centre historique avec un grand piétonnier, il a remis en valeur nos musées et organisé ici de prestigieux événements internationaux qui ont replacé Florence sur la carte du monde. Il avait cette belle énergie juvénile, n’avait peur d’aucun défi. C’est ici qu’il a commencé son ascension politique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs