Accueil Société Régions Bruxelles

Pas de précompte pour les commerces du Midi: «500.000 euros de pertes»

La commune de Saint-Gilles ne perçoit aucun précompte immobilier de la part des commerçants installés dans la gare du Midi. La SNCB est assimilée à l’État et les bâtiments publics sont exemptés de taxes. Injuste, pour le bourgmestre Charles Picqué (PS).

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Il était à nouveau question des commerces de la gare du Midi, jeudi passé, lors du conseil communal de Saint-Gilles. L’occasion pour les élus de budgétiser le montant du précompte immobilier que la commune devrait récupérer pour l’installation des 71 enseignes installées dans la gare la plus fréquentée du pays. « Devrait », car comme chaque année, elle ne percevra sans doute pas le moindre centime additionnel de leur part.

Le problème ? Le précompte ne s’applique pas aux bâtiments publics. Et une loi fédérale datant de 1926 exonère la SNCB d’impôts et de taxes, celle-ci étant assimilée à l’État belge parce que, en tant qu’entreprise en charge des chemins de fer belges, elle fournit un service d’intérêt public. Résultat : la commune s’assied chaque année sur une rentrée financière estimée à 500.000 euros. Et seule une modification de la législation, décidée par le ministre fédéral Johan Van Overtveldt (N-VA), pourra permettre à Saint-Gilles de taxer ces commerces.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs