Accueil Société

Corine Scherpereel: onze heures dans onze écoles

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 1 min

Corine Scherpereel est en mode hybride. Ancienne professeur, elle s’est engagée dans la vie d’indépendante (elle enseigne le yoga) mais elle avait conversé 4 heures de religion. Elle en avait besoin. Elle ne les a plus. En septembre, elle les a données, ces 4 heures de religion. Le 1er octobre (quand a été introduit l’EPC), elle a tout perdu. Son école lui a dit de patienter – genre : on vous trouvera bien quelque chose. Elle a attendu le 28 octobre pour apprendre qu’on ne lui avait rien trouvé du tout. C’est étonnant car Corine Scherpereel a le statut de temporaire prioritaire. Et ce statut devait, selon les promesses de la Communauté française, lui garantir le maintien d’un emploi (pour assurer du soutien scolaire, par exemple). Négatif. Rien. Le chaos a été tel, en septembre/octobre, dans les écoles, qu’elle a fait valoir son statut en vain. L’avenir ? Une éclaircie. Une commune vient de lui proposer 11 heures sur… 11 écoles à partir de décembre. Elle a dit oui. Bien sûr.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs