Accueil Belgique Politique

Bruxelles refuse la mort de la recherche scientifique fédérale

Le gouvernement Michel veut réformer la recherche fédérale au profit des Régions. Musées et institutions prestigieuses pourraient être acculés à la faillite. À Bruxelles, on ne veut pas de cet assassinat.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Le gouvernement Michel entend appliquer la sixième réforme de l’Etat en dépeçant ce qui reste de la politique scientifique fédérale entre Régions. Et en créant une agence spatiale « interrégionales » qui veillerait à ce chacun reçoive son dû en fonction de ses investissements. Mais la Région bruxelloise n’en veut pas. Son gouvernement, dans une note qu’il vient d’adopter et qu’un vent favorable a apportée au Soir, rejette ce qu’elle voit comme un « non-sens » et que Elke Sleurs, secrétaire d’Etat N-VA à la Politique scientifique, applique avec autant d’enthousiasme qu’il aboutira à la disparition de la Belgique de la scène internationale de la science.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Lorio Eric, lundi 5 décembre 2016, 21:05

    On dirait un article écrit par le PS. Où est le journaliste qui analyse la situation dans sa complexité (au minimum en donnant les deux points de vue)...

  • Posté par Didier Marc, mardi 6 décembre 2016, 7:58

    Mr Lorio, pouvez vous nous dire où est la complexité? C'est une stratégie d'économie, point final. Et faite bien évidemment au dépends de tout ce qui est peu ou prou fédéral. C'est aussi simple que cela. D'ailleurs, c'est bien connu : "le communautaire est au frigo jusqu'en 2019"; y crois qui veut.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs