Accueil

Martin Winterkorn paie pour les mensonges de VW

Le patron de Volkswagen a démissionné mercredi. Son successeur sera connu vendredi. Mais d’autres dirigeants du groupe devraient perdre leur job.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Qu’il ait tenu deux jours est sans doute plus étonnant que l’annonce de sa démission. C’est que la position de Martin Winterkorn, le patron de Volkswagen, était devenue intenable. Certes, dans un tout autre contexte, la progression de près de 5,19 % du titre VW à la Bourse de Francfort ce mercredi aurait été saluée comme une belle performance à mettre au crédit de celui qui a fait du constructeur allemand le numéro un mondial de l’automobile ce premier semestre. Sauf que cette hausse n’efface qu’en faible partie les conséquences de deux séances d’enfer, qui ont vu le titre perdre plus de 35 % de sa valeur. Mais surtout, cette toute petite « embellie » boursière n’est rien à côté de l’ampleur que prend le scandale des moteurs truqués. Pour rappel, VW a reconnu que onze millions de ses véhicules étaient équipés d’un « logiciel particulier » destiné à en diminuer les émissions de gaz polluants (en particulier d’oxyde d’azote) pendant les tests en laboratoire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs