Accueil Belgique Politique

Marie-Martine Schyns sur le test Pisa: «Des résultats qui justifient le Pacte d’excellence»

Les résultats de l’étude Pisa pour la Belgique sont déçevants. En maths et en sciences, nos élèves stagnent. En lecture, ils avaient progressé à l’avant-dernier Pisa. Le soufflé est retombé.

Article réservé aux abonnés
Journaliste Sciences et Santé Temps de lecture: 3 min

C’est le jeu : après chaque test Pisa, la ministre de l’Éducation est invitée à s’exprimer sur les résultats des élèves de 15 ans de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). C’est son devoir à elle. Et l’heure des bilans. Car Pisa constitue un reflet de notre système scolaire.

« Ce test est un outil d’évaluation parmi d’autres mais il faut en tenir compte, annonce d’emblée Marie-Martine Schyns. Les résultats pour la Fédération Wallonie-Bruxelles sont mitigés. On observe une stabilité. Mais celle-ci est insatisfaisante. Et c’est une preuve de plus qu’il fallait mobiliser tous les acteurs autour d’un Pacte ». Ça y est, le lien est fait. D’ailleurs, à côté des slides de présentation de l’étude Pisa, on peut lire, comme un message subliminal : « Pacte pour un enseignement d’excellence ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, mercredi 7 décembre 2016, 11:59

    Avec beaucoup de parents, je me demande comment des cours d'art, de sport, de technologie(on ne les a pas encore définis!), de latin pour tous(c'est-à-dire quel latin?s'il est pour tous, il ne peut s'agir de l'étude de la langue, bien trop difficile pour beaucoup), vont pouvoir récupérer les niveaux lamentables en maths, français, langues étrangères et une incapacité généralisée à fournir un effort, à travailler?

  • Posté par Grosjean , mercredi 7 décembre 2016, 11:10

    Quelle honte pour l'ensemble du secteur et TOUTES ses parties prenantes! Nous payons beaucoup d'impôts et dotons l'enseignement de beaucoup de moyens pour une inefficacité à faire rougir... Nombreux sont ceux qui doivent avoir peur de se regarder dans le miroir...

  • Posté par Van Steen Willy, mercredi 7 décembre 2016, 8:58

    Pourquoi toujours cette volonté de changement aventureux? Ca fait 50 ans que des essais de changement dans l'enseignement échouent lamentablement! Copions sur ce qui se fait en Flandre, là, on a des preuves de succès à l'appui! A quoi sert de tergiverser sans cesse et de brasser l'inconnu, quand la solution est là à côté de nous!!!

  • Posté par Vigneron Gérard, mercredi 7 décembre 2016, 8:38

    En Wallonie l' écart socio-économique mis en évidence montre que malgré un enseignement des plus généreusement doté en Europe, nos ministres de l' éducation qui se sont succédé depuis 50 ans ont manifestement ECHOUE. Merci au SOIR d' avoir souligné ce point IMPORTANT. Je me pose comme question :quelle est la valeur des concours CEB qui nous communiquent des résultats très bons??

  • Posté par Jaspers Marie, mercredi 7 décembre 2016, 11:06

    Les résultats très élevés aux CEB masquent d'une part le niveau très bas du primaire( la majorité des parents déplorent le fait que leurs enfants sortant du primaire ne savent ni lire ,ni écrire, ni calculer, ni réfléchir, ni raisonner) et le niveau très bas des questions du CEB : une étude a montré qu'en maths, sur l'ensemble des CEB, de 6 à 25 % seulement des questions sont de niveau 6P, 40 % de 5P et les autres de niveau inférieur.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs