Accueil Sports Football Football belge Standard

Des fanatiques du Standard, interdits de déplacement par Venanzi: «C’est une manœuvre pour obtenir le gain des trois points»

Cinq fanatiques du Standard, appartenant au « Hell Side » ou à des clubs officiels, parlent avec leurs tripes. Les incidents à Charleroi et la position du président Venanzi les conduisent dans une impasse. Dont ils veulent sortir. Par le dialogue, de préférence.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Ils sont les anciens du « Hell Side », l’un des noyaux durs des fanatiques du Standard. Ils forment désormais ce qu’ils appellent la « Vieille Garde ». Ils ne correspondent pas au cliché : pas de tatouage apparent, pas de piercing, pas d’agressivité. « Man », « Mich », « Vicente », Alain et Kathy ont entre 40 et 54 ans. Tous ont une famille et un job. Généralement hostiles à la presse, ils ont accepté notre invitation. Pas par courtoisie. Mais par nécessité : ils veulent adresser leur courroux au président du Standard, un club qu’ils chérissent depuis plus de 30 saisons, parfois 40 pour certains. «  Dans sa lettre aux supporters  », publiée mardi dans nos colonnes, «  Bruno Venanzi reproche aux supporters présents à Charleroi de n’être pas intervenus pour empêcher quelques-uns de lancer les briquets et les fumigènes sur la pelouse. C’est un appel à la délation insupportable

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Standard

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs