Accueil Sciences et santé

Le test tuera de futurs médecins dans l’œuf

Est-ce que le test prévu en septembre 2017 sera efficace pour sélectionner les meilleurs ? Une étude exclusive menée sur les tests du passé permet d’en douter.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

C’est donc décidé : sous la pression du fédéral, qui entend ainsi limiter le nombre de diplômés et tenter de contenir la hausse des dépenses de santé, la fédération Wallonie-Bruxelles devrait organiser un examen d’entrée pour les études de médecine dès la rentrée 2017.

Un examen d’entrée, en vérifiant que les étudiants affichent effectivement un prérequis suffisant, est censé sélectionner les meilleurs éléments pour écarter ceux qui n’ont pas le niveau. Mais est-ce vraiment le cas ? On peut en douter face aux résultats d’une nouvelle étude, réalisée par des chercheurs des Universités de Mons et de Bruxelles, publiée dans la dernière livraison d’Acta Academia Medica et que Le Soir dévoile en exclusivité.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 12 décembre 2016, 14:11

    Qu'est-ce qu'un bon médecin en fin de formation?

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 12 décembre 2016, 14:09

    En tant que patient, j 'accorde plus d'importance à la formation scientifique des médecins qui me soignent, à leur capacité de formuler un diagnostique correct et de formuler les traitements adéquats, basé sur des connaissances scientifiques solides, qu'à leur empathie. Seules les premières seront susceptibles de me guérir . Ce que j'attends d'eux c'est la guérison et non la compassion. Mais à chacun ses priorités!

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 12 décembre 2016, 13:47

    A une époque où les connaissances scientifiques en médecine évoluent très rapidement, il est surprenant que certains puissent ne pas réaliser l'importance des connaissances de base. L'évolution de la médecine ne se fait pas avec de l'empathie.

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 12 décembre 2016, 13:43

    Je suis profs de maths, j'ai résolu les 187 questions posées aux TOSS de 2013 à juillet 2016 et j'ai constaté qu'en moyenne : 21 % des Q sont de niveau 1° cycle du secondaire, 46 % de 2° cycle et 33 % de 3°cycle maths 4 h/semaine. Il est évident que ces connaissances sont fondamentales pour comprendre les cours de base du premier quadrimestre : physique, chimie, biologie.

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 12 décembre 2016, 13:13

    Du point de vue de l'empathie, une étude faite par les Universités Flamandes, qui elles ont un examen d'entrée, montre qu'il y a une forte corrélation entre les résultats aux examens d'entrée et ceux à la fin des études : de ce point de vue, à 18 ans, on est ce que l'on sera.

Plus de commentaires

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs