Accueil Culture

«Corto peut survivre sans Pratt»

Vingt ans après la mort de son créateur, Hugo Pratt, Corto retrouve des couleurs. Le vagabond magnifique s’aventure chez les Inuits, en quête de l’héritage poétique de Jack London. Entretien

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 4 min

Le poète de la Ruée vers l’or du Yukon, Robert William Service, a écrit que «  bien des choses étranges se sont accomplies sous le soleil de minuit  » où «  des secrets sont tapis à vous glacer le sang  ». C’est dans cet univers d’écorcheurs de phoques et d’esquimaux convertis aux lois de la guillotine, que Corto Maltese tente de retrouver la cabane aux souvenirs de son vieil ami Jack London, l’aventurier de l’Alaska. Entre les loups, les lames, les balles, les femmes et les devinettes, Corto survivra comme au bon vieux temps des romans graphiques du magazine A Suivre. Ses nouveaux maîtres, le dessinateur Ruben Pellejero et le scénariste Juan Diaz Canales, ressuscitent avec talent le mythe créé en 1967 par Hugo Pratt. Le duo espagnol nous a confié les clés de cette reprise riche en testostérone.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs