Accueil Culture

Dans les ateliers de «Décrocher la Lune»

La 6e édition de l’opéra urbain a lieu samedi soir à La Louvière, dans le cadre de Mons 2015. 30.000 visiteurs sont attendus. Incursion dans la réserve de costumes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

C e n’est pas tout d’imaginer un joli costume, explique Shana, une aiguille dans la bouche. Il faut se dire que l’artiste à l’intéreur va volitger à 15 m de haut. Il doit s’y sentir à l’aise, rien ne doit le serrer, le gêner. Il aura aussi parfois la tête à l’envers donc il faut retourner le costume, voir comment il tombe, ce qu’il dévoile dessous...»

La jeune femme, casquette sur l’œil, tatouages et piercing au septum, est sur l’affaire depuis un mois. Là, elle accroche un faux-cul en plumes de faisan rouges au costume de Colombine. Derrière elle, un mur d’inspiration avec des photos glanées sur le Net, donc un Bowie époque Ziggy Stardust. Elle a rejoint l’équipe de Fabienne Bernard, make-up & hair designer, qui bosse avec le metteur en scène Luc Petit depuis trois Décrocher la Lune.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs