Accueil

Au FN, des techniques de management musclées empruntées au privé

Le Front national a recruté un ancien cadre de L’Oréal pour rehausser le niveau d’exigeance du parti. Surnommé « le coupeur de têtes », il fait le ménage dans les fédérations. Et les candidats aux élections ne sont pris qu’à l’essai...

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

Dans son petit bureau au siège du FN à Nanterre, Jean-Lin Lacapelle observe la carte de France qu’il a affichée au mur. Il compte les punaises qui sont autant de départements qu’il a déjà inspectés. «Je reviens ce matin de Marseille, je repars cet après-midi dans la Manche. Demain je serai à Nantes et après-demain dans le Calvados », dit-il d’une voix très énergique. L’homme n’est pas un représentant de commerce qui sillonne l’Hexagone pour vendre des parapluies comme Jean-Pierre Marielle dans les Galettes de Pont Aven. Surnommé le «nettoyeur », le «coupeur de têtes » ou «le Tonton flingueur » par Marine Le Pen elle-même quand elle plaisante, cet ancien haut cadre de L’Oréal a renoncé à son ancien job pour mettre ses talents de manager au service du FN. Sa mission : transformer la PME que représentait jusqu’alors le parti en une entreprise performante prête à gérer la maison France. «Le parti doit hausser son niveau d’exigence », intime-t-il. «Le FN est devenu le premier parti de France.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs