Accueil La Une Culture

Everest ou l’art de se rapprocher des limites

Dans « Everest », Baltasar Kormákur retrace l’expédition maudite qui avait fait huit morts en 1996 sur le plus haut sommet du monde.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 7 min

Grandiose, belle, tranquille… C’est un peu l’image que l’on pourrait avoir de la montagne. Mais sous cette apparente quiétude, elle peut parfois se révéler impitoyable et cruelle. En mai 1996, un groupe de huit alpinistes, pourtant expérimentés, l’a appris à ses dépens. Tous ont en effet tragiquement péri, pris au piège dans une tempête d’une violence rare.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs