Accueil La Une Économie

Dutordoir, une main de velours dans un gant de (chemin de) fer

Les défis sont nombreux pour la première femme désignée à la tête de la SNCB. Pour y mettre sa patte, la nouvelle patronne du rail va devoir composer avec les attentes du gouvernement, des navetteurs et des salariés.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Une femme à la tête de la SNCB, c’est une première (il y avait déjà eu deux présidentes, jamais d’administratrice déléguée) et une sorte de petite révolution dans un secteur ferroviaire qui reste encore très masculin. Mais faire accepter cette réalité, cette évidence, ne sera certainement pas la tâche la plus dure de Sophie Dutordoir qui vient d’être désignée patronne de l’opérateur ferroviaire.

1 Mettre en place les « plans ». La désignation du remplaçant de Jo Cornu (qui avait déjà confirmé son envie de départ début 2016) a tardé : la procédure technique n’a débuté qu’en août, après une première proposition du tandem De Bode-Dutordoir, en juillet, refusée par la N-VA et le Premier ministre.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Jules Motte, lundi 19 décembre 2016, 9:26

    Puisse-t-elle garder tout le punch qui l'a habitée jusqu'à présent afin d'en découdre sans sourciller avec les syndicats d'un autre âge !

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs