Accueil Opinions Chroniques

«C’est physique»

Le carnet du samedi de Pierre Bouillon.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le 27 septembre 1830, les Belges révoltés font décamper les Hollandais du parc de Bruxelles. Pour l’occupant, c’est le début de la fin. Le 4 octobre, le gouvernement provisoire se délivre du régime hollandais en déclarant l’indépendance de la Belgique.

Longtemps, la fête nationale aura lieu le 27 septembre. Comme l’affaire vexe un peu le voisin d’en haut, la fête sera déplacée au 21 juillet. La suite, on sait : en 1970, on crée les Communautés et Régions. A la recherche des attributs ordinaires d’un pouvoir (il faut un drapeau et une fête), la Communauté française s’empare du 27 septembre en faisant valoir que la révolution était bruxelloise francophone et wallonne. Le propos est querellé par les historiens – les Flamands étaient dans la mêlée, en 1830 – et en nombre. Mais soit.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: Romain Rolland était-il «poutiniste»?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : l’homme de lettres, musicologue et internationaliste s’est fermement opposé au boycott des œuvres et des artistes allemands durant la Première Guerre mondiale. Son héritage spirituel ferait bien d’inspirer ceux qui, aujourd’hui, déprogramment les artistes russes.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs