Accueil Belgique

Le sport pour apaiser les détenues

On ne sort pas meilleur de prison. C’est ce que pensent nombre d’observateurs du milieu carcéral. Un projet européen, « Finding Education for Female Inmates », mené dans des établissements pénitentiaires pour femmes de huit pays européens (Allemagne, Belgique, Chypre, Finlande, France, Italie, Malte et Turquie), tend à apporter la preuve du contraire.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

En questionnant les détenues sur leurs besoins (lire les résultats chiffrés ci-contre) et en tenant compte de leurs attentes et de leurs aspirations pour mener des projets spécifiques, les initiateurs du projet FEFI ont cherché à développer une meilleure nouvelle approche pour réintégrer ces criminelles et délinquantes dans la société.

La Belgique a fait le choix, sur la base des réponses fournies par 90 détenues et 25 membres du personnel, d’axer ses ateliers sur le renforcement de l’estime de soi à travers l’enseignement, la formation et le sport. Le projet belge, baptisé « Ladies on the move », a été mené durant deux à trois mois dans les prisons de Hasselt et de Bruges.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs