Accueil Culture Musiques

Jean-Paul Estiévenart: «Je ne veux pas être un autiste du jazz»

C’est un trompettiste très demandé. Il joue dans quelque vingt groupes. Il vient de sortir un nouvel album, en trio, avec Samuel Gerstmans et Antoine Pierre. Impeccable.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 4 min

Jean-Paul Estiévenart arpente les scènes belges depuis longtemps. Il n’a que 31 ans, mais il a multiplié les expériences, les scènes et les albums. En tant que leader ou comme sideman. Avec son trio ou avec Mikmâäk, Rêve d’éléphant, Lorenzo Di Maio, Fabrizio Graceffa, Manolo Cabras, Teun Verbruggen, LG Collective, Jazz Station Big Band, Bai Kamara et on en passe. Il joue quasiment tous les deux jours, sans compter les répétitions et les studios. Même chez lui, quand il a dix minutes, il joue encore. Il ne s’en plaint pas : c’est sa vie et il aime ça.

Pourquoi jouez-vous dans autant de groupes ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs