Accueil Belgique Politique

Immersion linguistique: l’échange des profs est un fiasco

Depuis un accord de coopération de 2015, le prof travaillant dans l’autre Communauté garde son salaire d’origine. Côté francophone, personne n’a mordu à l’hameçon.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

L’immersion linguistique séduit beaucoup d’écoles. On connaît l’idée : il s’agit, pour nos élèves francophones, d’avoir des cours (de géo, maths, n’importe…) en néerlandais, anglais ou allemand.

Pour être efficace, l’affaire suppose que le cours soit donné par de véritables néerlandophones, anglophones ou germanophones. Un os : ces « native speakers » ne se trouvent pas sous le sabot d’un cheval. Aussi, l’enseignant néerlandophone n’a pas intérêt à migrer vers l’école francophone car la Communauté française salarie moins généreusement ses profs que la Flandre (l’écart de traitement est d’environ 10 %).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Dey Mathias, mercredi 4 janvier 2017, 18:54

    Vraiment dommage, pour moi aussi, la clé de la prospérité en Belgique passe par le multilinguisme. Si chaque citoyen de ce pays parlait AU MINIMUM le Français et le Néerlandais, et que nous parvenions à nous comprendre les uns les autres d'Anvers à Arlon, le climat serait tellement meilleur...

  • Posté par LUC TASSIGNY, mercredi 4 janvier 2017, 15:15

    Donc acte ! ... ou Dont acte ! ... ???

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs