Accueil Sciences et santé

Médicaments: mieux encadrer les molécules «hors la loi»

Les médecins doivent parfois employer des molécules « hors autorisation ». Le KCE plaide pour une meilleure sécurité.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Aussi surprenant que cela apparaisse, il est fréquent que les médecins doivent utiliser un médicament pour soigner d’autres maladies que celles pour lesquelles le médicament a été testé. Cet usage, appelé « off-label » ou « hors autorisation », est particulièrement répandu dans le traitement des enfants ou des cancers, où il pourrait grimper jusqu’à 80 % des médicaments. Le centre fédéral des soins de santé (KCE) publie aujourd’hui une étude afin que des règles plus strictes l’encadrent pour mieux peser bienfaits et risques.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs